Présentation du Groupe Scolaire Saint Jacques de Compostelle de Dax

Chaque année, l’ensemble de la communauté éducative s’attache à la mission qui est la sienne : accompagner les jeunes sur le chemin de la réussite, en étant attentif à leur épanouissement intellectuel, humain et spirituel. Cet objectif qui nous anime n’est pas toujours atteint bien sûr, mais il est le fondement de notre projet éducatif, pédagogique et pastoral. Le groupe scolaire Saint Jacques de Compostelle est un établissement catholique sous contrat d’association avec l’État. Il poursuit une mission de service public d’éducation et d’enseignement en appliquant les instructions de l’Éducation Nationale concernant les programmes scolaires. Dans l’établissement, la totalité de la scolarité peut être suivie puisque tous les niveaux sont représentés :

  • L’enseignement primaire avec l’école maternelle, de la Très Petite Section (TPS) à la Grande Section (GS) et l’école élémentaire, du Cours Préparatoire (CP) au Cours Moyen de 2ème année (CM2) en dispositif traditionnel comme en dispositif d’inclusion (ULIS-Ecole) ;
  • L’enseignement secondaire avec le collège, de la classe de 6ème à celle de 3ème en dispositif traditionnel comme en dispositif d’inclusion (ULIS-Collège) et le lycée général et technologique, de la classe 2nde à celle de Terminale avec, en cycle terminal :
    • Neuf spécialités générales : Histoire-Géographie, Géopolitique & Sciences Politiques, Mathématiques, Physique-Chimie, Sciences de la Vie & de la Terre, Sciences Économiques & Sociales, Sciences de l’Ingénieur, Humanités, Littérature & Philosophie, Langues & Cultures Étrangères & Régionales – Anglais Monde Contemporain et Numérique & Sciences Informatiques ;
    • Deux filières technologiques : Management & Gestion (STMG) et Sanitaire & Social (ST2S) ;
  • L’enseignement supérieur avec deux Sections de Techniciens Supérieurs (STS) qui préparent au BTS Négociation et Digitalisation de la Relation Client et au BTS Services et Prestations des Secteurs Sanitaire et Social, en suivant deux modes de formation :
    • Formation initiale :  un statut d’étudiant, des cours selon le calendrier scolaire et des périodes de stage en entreprise ;
    • Formation par apprentissage : un statut d’apprenti lié par un contrat d’apprentissage à un employeur, en alternant une semaine de 35 heures en cours et une semaine de 35 heures chez l’employeur ;

Chaque jour, l’ensemble des membres de la communauté éducative s’engage à faire respecter le projet éducatif, pédagogique et pastoral du groupe scolaire.

NOTRE HISTOIRE

« Notre Dame du Sacré-Cœur » dit « Cendrillon », pourquoi ?

GP2

« Cendrillon », c’est le nom d’un conte de Charles Perrault et du personnage éponyme. Une jeune fille, maltraitée par sa belle-mère et par ses deux filles. Confinée dans la cuisine, elle vit tristement son existence auprès des cendres de la cheminée, d’où son surnom « Cendrillon ». Mais, grâce à une fée, sa marraine, elle peut assister, dans une robe de soirée somptueuse, à un bal donné par le fils du roi. Ce soir-là, la magie opère et le prince s’éprend de cette belle et mystérieuse inconnue. Lorsqu’elle s’échappe à minuit avant que son carrosse ne se transforme en citrouille, elle perd une pantoufle en quittant le château qui permettra au prince de la retrouver. Mais « Cendrillon », quel est le lien avec l’établissement ?

Le collège de Dax a été construit sur un terrain, qui appartenait à un bienfaiteur, chez lequel dans le pavillon de chasse avoisinant, une histoire semblable serait à l’époque arrivée à de jeunes gens. Après la construction du collège, malgré les réticences de Monseigneur Lahargou, qui tenait au nom Notre Dame du Sacré-Cœur, tout le monde avait pris l’habitude de le désigner par le nom de la villa voisine, « Cendrillon ». Même si les historiens ne sont pas, encore aujourd’hui, tous d’accord sur cette explication, le mystère persiste …

Une histoire singulière

Le 2 février 1912, jour du 1er vendredi du mois et de la fête de la Purification et de l’hommage mensuel au Sacré-Cœur, la première pierre du collège est posée, d’où son nom Notre Dame du Sacré-Coeur. Monseigneur Lahargou (1855-1942) en sera le supérieur. Remarquable éducateur, professeur de rhétorique et de philosophie, historien local, notamment d’une monographie sur le collège de Dax, c’est lui qui prend la décision de bâtir l’établissement. En 1914, pendant la guerre, le collège est réquisitionné et converti en hôpital militaire. C’est à la mémoire de cet homme, enterré sous la chapelle, que le lieu conserve son portrait et que la rue devant le groupe scolaire porte son nom.

En 1939, le chanoine Salette succède à Monseigneur Lahargou, la guerre éclate et sept professeurs sont mobilisés. Le nouveau collège est réquisitionné par les Allemands et le drapeau nazi flotte sur le toit. En juin 1940, les élèves sont dispersés au collège Saint-Pierre à Dax et il est alors impossible de les recevoir à la rentrée d’octobre.

GP4BIS
Seconde guerre mondiale : le « Collège Saint-Pierre » accueille les élèves

GP5Le collège Saint-Pierre est regroupé au 17 de l’avenue Clemenceau à Dax dans une ancienne saboterie, dont les ateliers recevaient une centaine d’élèves, et à l’école Jeanne d’Arc, cours Foch. Dispersé aux quatre coins de la ville (internat à la rue des écoles, Dominicaines, rue Cazade, au siège actuel de la rue Cazade, presbytère Saint-Vincent), il fonctionne envers et contre tout… Et lorsque Dax est libérée le 22 août 1944, Monseigneur Salette ne peut que constater l’état déplorable de « Cendrillon ». Alors, la rentrée 1944 se fait de nouveau au collège Saint-Pierre. Le 8 mai 1945, la guerre prend fin, les habitants de la ville de Dax et tout le collège sont en fête. Puis, l’existence du collège Saint-Pierre s’arrête. Sa courte histoire révéla l’élan de solidarité et d’entraide qui lui permit de survivre sans interruption pendant la guerre.

Le retour à « Cendrillon » : 1945-2003

GP6À partir de 1945, le chanoine Salette reprend les rênes du collège et remet en route l’établissement jusqu’en 1955, date à laquelle l’abbé Larrive est nommé supérieur. C’est alors une nouvelle ère qui commence. Grâce aux nouvelles lois sur l’enseignement, Debré et Guermeur, et à l’heure de la démocratisation de l’enseignement, il donne au collège une expansion considérable : créations de nouvelles classes et de sections, école primaire Charles de Foucauld, vastes dortoirs, agrandissement de la chapelle, création d’une association de gestion de l’établissement, association de parents d’élèves, présence active de l’association des anciens de « Cendrillon », retraites spirituelles…
À la rentrée de 1975, c’est le chanoine Bernadet qui succède au chanoine Larrive. Lui aussi fait preuve d’une grande énergie avec la création du hall des sports, d’un laboratoire de langues et de sciences naturelles. De 637 élèves en 1975, le collège passe à 870 élèves à la fin de l’année scolaire 1984-1985, la dernière de son supériorat. Il est ensuite remplacé par M. Beaulande, un laïc, père de 5 enfants, qui reste Directeur de 1985 à 1988. Son passage est ensuite suivi par plusieurs Directeurs tous laïcs : M. Charpentier, M. Cantegrit, M. Lacoste, M. Bourrel, M. Garnier.

Institution Saint-Joseph « Chanzy »

Aux origines de la Congrégation, au début du XIX siècle, le Père André-Hubert Fournet et Jeanne-Élisabeth Bichier des Âges voient l’ignorance du peuple dans les diverses paroisses autour de Saint-Pierre -de-Maillé, diocèse de Poitiers. Jeanne-Elisabeth ouvre à Béthines une école pour les petites filles ; c’est le début d’une aventure humaine et spirituelle qui voit la Congrégation s’implanter sur le territoire national, mais aussi dans plusieurs pays comme le Canada, l’Argentine, la Hongrie,…

Ordonnance du Roi 

« Charles, par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre, à tous ceux qui ces présentes verront, Salut. En ce 28 mai de l’an de grâce mil huit cent vingt-six et de notre règne le second, est définitivement autorisée la Congrégation des Filles de la Croix dite sœurs de Saint-André à La Puye (Vienne), à charge de se conformer en tout point à leurs statuts. »

La Congrégation des Filles de la Croix s’installe dans la ville de Dax dans les années 1850. Les sœurs, deux au départ, occupent une maison qui va vite s’avérer trop petite, pour loger, nourrir et héberger les orphelines, malheureusement de plus en plus nombreuses. Pour occuper et éduquer tout ce monde, les religieuses, au nombre de quatre, à la demande de la mairie, enthousiasmée par l’enseignement et l’organisation de la maison Saint-Joseph, sont invitées à créer une garderie pour jeunes enfants. Les mamans n’hésitent pas à utiliser ce service et laissent « à ces bonnes sœurs » leurs bambins pour la journée. C’est à cette même période que les sœurs créent pour les jeunes filles les plus âgées un ouvroir, dans les communautés de femmes, c’est un lieu où les religieuses se rassemblent pour travailler. À cette époque, les temps sont toujours très difficiles : nourriture rare, hygiène précaire, espaces de plus en plus réduits, et toujours de plus en plus de monde à prendre en charge.

En 1859, les religieuses sont sur le point d’être expulsées de leur maison devenue bien trop petite. La Congrégation des Filles de la Croix s’adressent au Maire afin d’occuper un grand bâtiment laissé à l’abandon appelé « vieille caserne », construit par les Capucins en 1610, sis rue Berdot et Chanzy dans le quartier dit « bibi ». La Congrégation des Filles de la Croix sont chassées de leur bâtiment pendant la Révolution Française, cette immense bâtisse fut tour à tour un hôpital militaire, un lieu d’internement psychiatrique et enfin une caserne avant d’être laissée à l’abandon. C’est ce bâtiment que les sœurs veulent acquérir afin de pouvoir loger et éduquer les nombreuses familles. Le bâtiment sera acheté en 1862, après de très nombreuses négociations auprès de la mairie, de la préfecture et du ministère. Les sœurs, aidées par des bénévoles, redonnent vie à cet austère couvent et petit à petit le transforment en un lieu de vie où les jeunes enfants et jeunes filles trouvent un cadre favorable à leur épanouissement.

  • 1866 : date importante dans la vie de la communauté « Chanzy » : la construction de la statue de Saint-Joseph. C’est la concrétisation d’une promesse faite à Saint-Joseph, leur saint Patron, quand dans le dénuement le plus complet elles avaient promis : « si nous nous en sortons, nous bâtirons en votre honneur une statue.» Elles ont tenu leur promesse.
    Dès l’année 1866, l’Institution ne cesse de grandir, sous l’autorité de sœur Mathilde qui dirige « Chanzy » pendant plus de 50 ans, avec l’ouverture de classes élémentaires. Les difficultés sont toujours présentes. Il faut une imagination débordante et un enthousiasme communicatif pour que l’Institution perdure. Saint-Joseph est toujours présent. Et, les bâtiments sont améliorés pour permettre de recevoir toujours plus de jeunes enfants.
  • 1903 : les persécutions religieuses obligent la Congrégation à fermer les classes primaires et cinq ans plus tard l’ouvroir, la seule activité qui rapportait quelques sous…
  • 1933 : la Congrégation obtient l’autorisation d’ouvrir une classe élémentaire, à la condition que la religieuse enseignante ne porte pas d’habit religieux.
  • 1934 : ouverture d’un jardin d’enfants, grâce à la Comtesse de Mollans.
  • 1937 : ouverture d’un cours ménager, mais le tonnerre gronde en Europe…
  • 1939-1945 : Saint Joseph est, comme l’ensemble du pays frappé par les restrictions.
  • 1947 : Sainte Jeanne Élisabeth, fondatrice de la Congrégation des Filles de la Croix, est canonisée.
  • 1948 : la Congrégation organise la première assemblée générale des anciens élèves et la même année Chanzy accueille les premiers laïques enseignants.
  • 1949 : les cours préparatoires, élémentaires et moyens deviennent mixtes.
  • 1956 : première année de présentation d’élèves au BEPC et à la première partie du BAC. La même année une convention est passée avec le collège Cendrillon pour assurer les cours des grandes classes.
  • 1959 : application de la loi Debré, fort développement de l’établissement qui conduit la Congrégation à construire, en 1964, un bâtiment qui deviendra le collège.

Au cours des années 1975 à 1982, l’institution, toujours dirigée par une religieuse, sœur Marianne, met en place en 1981 le premier Organisme de Gestion de l’Enseignement Catholique (O.G.E.C). Son premier Président se nomme Monsieur Roger Mopty, son arrivée marque ensuite celle du premier Chef d’établissement laïque. Dès cette période, la direction de l’établissement sera assurée par un laïque.

À la direction de l’établissement, plusieurs personnes ont succédé à sœur Marianne :

  • Monsieur Jean Claude Mazille : de septembre 1983 à août 1984
  • Sœur Marianne reprend la direction de Saint Joseph de septembre 1984 à décembre 1984
  • Monsieur François Bigeard : de janvier 1985 à août 1988
  • Sœur Marianne reprend la direction de Saint Joseph pour une année : de septembre 1988 à août 1989
  • Monsieur Jean-Pierre Jonckheere : de septembre 1989 à août 2000
  • Monsieur Philippe Bourrel : de septembre 2000 à août 2004
  • En 2003 : le groupe scolaire Saint Jacques de Compostelle voit le jour

Un grand merci est adressé à toutes les personnes qui se sont investies dans la vie de l’institution Saint-Joseph « Chanzy » et, en liens étroits avec les religieuses, permis, au quotidien, d’apporter à chacun : une éducation solide, sérieuse, dans un climat de simplicité, une éducation à la liberté responsable et, enfin, une éducation ouverte aux dimensions du monde.

Groupe scolaire Saint Jacques de Compostelle (2003-2017)

En septembre 2003, le groupe scolaire Saint Jacques de Compostelle est le fruit de l’union de deux établissements privés catholiques de la ville de Dax, le collège « Cendrillon » et l’institution Saint-Joseph. L’union de ces deux entités a fait se rassembler sous un même toit et dans un même esprit toutes les convictions, toutes les richesses ainsi que toutes les forces que possédaient ces deux établissements. En 2005, Emmanuel Ortolo devient le Chef d’établissement coordinateur du groupe scolaire.

  • École Sainte-Marie, actuellement l’école maternelle Saint Jacques de Compostelle :
  • Début de la construction 28 novembre 1991
  • Fin des travaux : 15 juin 1992

Groupe scolaire Saint Jacques de Compostelle

Construction du Lycée : 2002-2003

GP7

Construction de l’internat : 2002-2003

GP8

19 octobre 2007

INAUGURATION DU GROUPE SCOLAIRE SAINT JACQUES DE COMPOSTELLE

Ce jour a marqué l’inauguration du groupe scolaire avec 1300 jeunes et enfants de 2 à 24 ans, 20 prêtres, 2 évêques, 400 parents, 150 invités.
Cocktail, spectacle, discours, match de rugby … ont ponctué la journée ainsi que l’eucharistie autour de Monseigneur Breton.
Cette journée a transmis à chacun un sentiment d’appartenance à une communauté chrétienne soudée et fière de son identité.
C’est dans cet esprit que le groupe scolaire s’inscrit et travaille pour les jeunes, les familles et la communauté chrétienne.

29 mai 2015

INAUGURATION DU PÔLE BTS ET DU CENTRE DE CONNAISSANCES ET DE CULTURE

Ce jour-là, près de 1200 élèves, 150 parents, prêtres du Diocèse, membres de la communauté éducative, se sont rassemblés pour l’inauguration du pôle BTS et du Centre de connaissances et de culture. Des moments solennels et riches en émotions ont ponctué cette journée : la messe présidée par Monseigneur Gaschignard ; les discours de M. Berthelé, président de l’Organisme de Gestion de l’Enseignement Catholique, de M. Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, de Mme Bonjean, Présidente de la Communauté d’agglomération du Grand Dax, de M. Bellocq, Maire de Dax, et de M. Ortolo, Chef d’établissement coordinateur ; les visites inaugurales du groupe scolaire ; le Challenge sportif des élèves ; la plantation d’un chêne-liège avec les délégués des classes de l’école primaire et de 6e ; la fête de la musique à l’auditorium des élèves de maternelle et la soirée de l’Association des Parents d’Élèves dans le parc.

Les deux nouvelles constructions ont été imaginées par le cabinet d’architectes Samazuzu à Saint-Sébastien. L’ensemble de ce projet a été financé par l’Organisme de Gestion de l’Enseignement Catholique du groupe scolaire et le Conseil régional d’Aquitaine. Les installations informatiques des classes de BTS ont été en partie financées par les entreprises qui ont versé la Taxe d’apprentissage et nous les remercions pour leur investissement et leur fidélité à nos côtés.
Désormais, 110 étudiants en BTS disposent d’infrastructures innovantes avec vue sur le terrain de rugby. L’ensemble de 1000 m2 comprend quatre classes équipées, deux salles informatiques, un bureau pour les professeurs et un foyer. Pour les jeunes internes, la nouvelle résidence également accessible aux personnes à mobilité réduite propose vingt logements avec chambres, kitchenettes, séjours et salles d’eau.

Le Centre de Culture et de Connaissances offre aux élèves un site fonctionnel et chaleureux. Carole Laborde et Gilles Groux, professeurs-documentalistes, font vivre avec les jeunes ce lieu de savoirs, de transmissions et de partages. Cet endroit accueillera également le Pôle Multiservices Éducatif destiné à l’orientation et à l’accompagnement scolaire des élèves dont Karine Loubet est responsable. Enchanteur et élégant, il s’inscrit dans l’air du temps avec son architecture en bois, en verre et en fer, et créera un lien avec l’Histoire et le génie des écrivains qui lui donneront vie. Les élèves et la communauté éducative peuvent emprunter ou consulter les ouvrages.

En ce qui concerne la rubrique « Notre histoire », nous remercions sincèrement les personnes qui ces deux dernières années ont partagé avec nous des récits et des documents permettant de transmettre cette histoire singulière et passionnante :

Emmanuel Ortolo, Pierre Séguier, Martine Barthe, Madeleine Jogan (Société de Borda à Dax), Daniel et Claire Zunzunégui, Paul Perromat, Denis Cazaux, Jean Cabanot, Maurice Lonné, Henry Durquety, Françoise Lavielle, Jean-Marc Navas, les Archives du Conseil départemental des Landes…

NOTRE ENVIRONNEMENT

GP13

Un site d’exception

Dans un cadre verdoyant et riche en Histoire, l’établissement offre un environnement privilégié aux élèves. Près de la cour d’honneur, le collège allie pierre et bois. Près du parc aux arbres centenaires, le lycée et l’internat offrent un lieu privilégié aux élèves, tout comme le Centre de Connaissances et de Culture.
Le pôle dédié aux étudiants préparant le Brevet de Technicien Supérieur accueille les jeunes depuis deux ans.
Le groupe scolaire comprend également : une chapelle, un terrain de rugby, une piste d’athlétisme, une salle de sport, une salle de musculation, un terrain de basket extérieur, un hall de sports.

Orienté vers les nouvelles technologies, le groupe scolaire comprend des infrastructures innovantes :

École maternelle et élémentaire :

  • 46 postes et 17 vidéoprojecteurs dont 14 interactifs.

Collège :

  • 112 postes informatique, répartis en Technologie puis dans les laboratoires de SVT et de PC, ainsi que dans une salle informatique.
  • 31 vidéoprojecteurs sont disponibles, dont deux interactifs.

Lycée général et technologique :

  • 168 postes informatique, répartis dans les laboratoires de SVT et de PC, 4 salles de classe, ainsi que dans 4 salles informatique.
  • 27 vidéoprojecteurs

Pôle B.T.S :

  • 80 postes informatique, répartis dans les 4 salles de classe, le foyer et les deux salles informatique.
  • 6 vidéoprojecteurs sont disponibles, dont deux interactifs.
  • Laboratoire de langue/multimédia – Centre de Connaissances et de Culture, Internat : 69 postes et de 3 vidéoprojecteurs, dont un interactif.

LA CHAPELLE

Entrer dans la chapelle, procure un véritable moment de paix. La lumière de ses vitraux illumine les soirs d’hiver, le cœur et l’esprit des personnes qui franchissent le seuil de sa porte en bois.

Ses vitraux : deux créateurs

GP16Charles-Marie Champigneulle (1880-1908)

Son père avait un atelier à Paris à partir de 1881. On retrouve plusieurs églises du département des Landes avec ses vitraux. Charles-Marie Champigneulle succède à son père en 1904. Dans la chapelle Notre-Dame du Sacré Cœur, cinq vitraux ornent le chœur, dont deux sont signés : « Ch. Champigneulle Paris 1912 » du groupe scolaire.

GP17Raymond Clercq-Roques (1927-1977)

Il fait ses études secondaires au Séminaire-collège Saint-Théodard de Montauban, et l’École des Beaux-Arts de Toulouse et les Arts décoratifs de Paris. C’est dans les années 60 qu’il réalise des vitraux dans différentes églises rénovées des Landes : Bascons, Campagne, Meilhan, Saint-Yaguen, Villeneuve de Marsan, Mont-de-Marsan… C’est à ce moment-là qu’il réalisera les vitraux plus modernes » de la chapelle du groupe scolaire. Pendant la conception, il logeait à Cendrillon, fabriquait les panneaux à Albi et les montait sur place. Vitraux payés par M. Lespiau, professeur d’allemand, presque aveugle, partait à bicyclette, a dessiné la plaque aux morts dans la chapelle, morts de 39.

GP18Dans la chapelle, sur le vitrail à gauche, le Christ pose la main sur l’épaule d’un élève portant l’uniforme du collège des années 1910.

IMG_4555

NOTRE PROGRAMME D'ÉTUDES